La philosophie est-elle un luxe ?

In Article, Philosophie on

La philosophie est-elle un luxe ?

La philosophie est-elle un luxe ? Ce qui est luxe est coûteux et inutile. […] Les non-philosophes considèrent en général la philosophie comme un langage abstrus, un discours abstrait, qu’un petit groupe de spécialistes, seul à pouvoir le comprendre, développe sans fin au sujet de questions incompréhensibles et sans intérêt, une occupation réservée à quelques privilégiés qui, grâce à leur argent ou à un heureux concours de circonstances, ont le loisir de s’y livrer, un luxe donc. […]

Dans notre monde moderne où règne la technique scientifique et industrielle, où tout est évalué en fonction de la rentabilité et du profit commercial, à quoi cela peut-il servir de discuter des rapports entre vérité et subjectivité, médiat et immédiat, contingence et nécessité, ou du doute philosophique chez Descartes ? […]

Si la plupart des hommes considèrent la philosophie comme un luxe, c’est surtout qu’elle leur paraît infiniment éloignée de ce qui fait la substance de leur vie : leurs soucis, leurs souffrances, leurs angoisses, la perspective de la mort qui les attend et qui attend ceux qu’ils aiment. En face de cette réalité écrasante de la vie, le discours philosophique ne peut leur apparaître que comme un vain bavardage et un luxe dérisoire. […]

Nous avons évoqué tout à l’heure les discours de Socrate, discours sur le discours des autres. Ils n’étaient pas destinés pourtant à construire un édifice conceptuel, un discours purement théorique, mais ils étaient une conversation vivante, d’homme à homme, qui n’était pas coupée de la vie quotidienne. […] Dans cette perspective, le discours philosophique n’est plus une fin en soi, mais il est au service de la vie philosophique. L’essentiel de la philosophie n’est plus le discours, mais la vie, l’action. […] Apparemment une telle philosophie ne peut être un luxe, puisqu’elle est liée à la vie elle-même. Elle serait plutôt un besoin élémentaire pour l’homme. […]

Il ne faut pas se faire d’illusion : cette philosophie conçue comme une manière de vivre ne peut être encore et toujours qu’un luxe. Le drame de la condition humaine, c’est qu’il est impossible de ne pas philosopher et en même temps impossible de philosopher. À l’homme sont ouvertes, par la conscience philosophique, la profusion des merveilles du cosmos et de la terre, une perception plus aiguë, une richesse inépuisable d’échanges avec les autres hommes, avec les autres âmes, l’invitation à agir avec bienveillance et justice. Mais les soucis, les nécessités, les banalités de la vie quotidienne, l’empêchent d’accéder à cette vie consciente de toutes ses possibilités. Comment unir harmonieusement la vie quotidienne et la conscience philosophique ? Ce ne peut être qu’une conquête fragile et toujours menacée. « Tout ce qui est beau, dit Spinoza à la fin de l’Éthique, est difficile autant que rare ».

Pierre Hadot, « La philosophie est-elle un luxe », dans Exercices spirituels et philosophie antique, Albin Michel, 2002, p.360-366.